Station de Montgenèvre : La smart cities : « tout schuss »

La smart cities : « tout schuss »

 Les applications de smartcities ne se limitent plus à l’éclairage urbain ou à la détection des fuites sur les réseaux publics d’eau potable. Elles se déclinent entre autres pour les stations de sports d’hiver et sont à la base de nouveaux services jusqu’à devenir des applications capables de gérer des quartiers entiers. Signe de cet engouement, le secteur démarre sa consolidation.Pour suivre cette émergence, IoT-World portera un focus particulier sur ces «villes intelligentes».

M2ocity, opérateur de télécommunication spécialisé dans le déploiement de capteurs pour les collectivités, notamment pour les réseaux d’eau potable, et Homerider Systems, qui oeuvre dans le même domaine, fusionnent pour donner naissance à Birdz. Toutes deux filiales de Veolia, ces deux entreprises travaillaient déjà ensemble sur des projets, «Homerider Systems fournissait des briques technologiques, notre catalogue comporte entre autres une soixantaine de capteurs, à M2ocity sur une partie des applications. Mais les deux sociétés avait la possibilité de se fournir auprès d’autres fournisseurs. Le marché des smart cities évolue. Pour le suivre et adresser l’intégralité de la chaine de valeur, nous avons décidé de fusionner ces deux entités» explique Xavier Mathieu, dirigeant de Birdz. Filiale à 100% de Veolia à travers une holding, la nouvelle société continuera bien sûr à fournir et à déployer des capteurs et propose déjà des applications en mode SaaS, destinées par exemple, à définir des alertes liées des fuites sur les réseaux. M2ocity comptait un portefeuille client de 3500 collectivités pour 5 millions de capteurs. Pour la partie analytique, «nous allons développer des partenariats» prévoit  Xavier Mathieu. L’objectif est également de se développer sur d’autres secteurs d’activité comme l’industrie. «Nous sommes déjà présents sur  celui de l’énergie, pétrole et gaz» rappelle le dirigeant. Qui compte être plus présent sur les applications liées à l’optimisation des tournées de ramassage des déchets, à l’éclairage public…

500 000 capteurs à Doha

Cette fusion entre deux acteurs ne doit rien au hasard. Quelques applications industrielles émergent. Un quartier de Doha au Qatar de 800 000 m2 de bâtiments va être doté de 500 000 capteurs, tant pour la gestion des bâtiments que pour la voirie. Dans un registre moins impressionnant et plus «froid», mais aussi large en termes applicatifs, les objets connectés vont être ou commencent déjà largement à être mis à contribution pour adapter les stations de sports d’hiver. Un rapport des chambres régionales des comptes de Languedoc-Roussillon et Midi-Pyrénées avaient déjà détaillé la situation difficile dans laquelle une bonne partie des stations pyrénéennes étaient. Si la cause première tient au réchauffement climatique, le déploiement d’applications IoT améliore la visibilité sur l’utilisation des infrastructures, permet de mieux les dimensionner, pour les parking comme pour les remontées mécaniques, et est à la base d’applications pour smartphones attractives. Si l’utilisation de bornes wifi dans les stations de sport d’hiver ne date pas d’hier. La station alpine Montgenèvre a systématisé tant la collecte que les utilisations des données recueillies. Côté infrastructure, outre une trentaine de hotspots wifi, des nouveaux équipements 4G ont été installés pour offrir une couverture de qualité. Mais, c’est surtout côté applications que les responsables de la station ont étendu les cas d’usage. La mise en place de ces nouvelles application est destinée  tous les profils des personnes présentent sur la station, responsables de la collectivités, skieurs, résidents. Pour les vacanciers, une app donne la liste en temps réel de toutes les remontées ouvertes. Une autre application est destinée aux résidents et, classiquement délivre toutes les informations liée à la vie quotidienne,  transport en commun, gestion des déchets, éclairage public… Dernier groupe d’utilisateurs majeurs, les responsables de la collectivité territoriale peuvent non seulement proposer de nouveaux services à leurs administrés mais aussi améliorer les équipements collectifs à partir des informations recensées. Pas de doute, jusque dans la montagne et dans le désert, les smartcities deviennent réalité.

Partagez cette page:
2019-01-13T23:25:57+01:00janvier 13th, 2019|Actualités|